Printemps des poètes 2018

Classé dans : Slide | 0

La 20ème édition du Printemps des poètes arrive…

Pour accueillir le printemps, mettez un peu de poésie dans votre quotidien !

 

Regards de l’âme par Gustave Desarnaulds

Découvrez le double poétique du recueil Le Libertaire et autres Nouvelles du même auteur.

 

« On dit que ce n’est pas nous qui faisons le voyage

Mais que c’est le voyage qui nous fait

C’est comme la vie,

Nous croyons la mener

Mais c’est elle qui nous tient

Jusqu’au dernier souffle »

 

 

Pour écrire un poème, il suffit d’ouvrir le champ de notre intuition et de nos perceptions puis de transmettre ce qui vient à sa manière.

J’écris comme je peins, c’est-à-dire par touches de couleur ; les couleurs devenant des mots, leur agencement répondant à une forme de rythme et à l’atmosphère émotionnelle du moment.

La réalité n’est pas seulement celle que l’on voit, elle ne demande qu’à être saisie, interprétée, mise en couleurs, en musique ou en rimes. C’est cette représentation artistique qui est offerte ici.

Né en 1966, Gustave Desarnaulds travaille comme juriste dans une association caritative à Genève. Composant poèmes, nouvelles et peintures, il se présente plus comme un artiste qui fait du droit que comme un juriste artiste à ses heures. Il nous livre cette année deux recueils complémentaires : Regards de l’âme, fait de poésies, peintures et dessins, et Le Libertaire et autres Nouvelles, nouvelles contemporaines librement inspirées de son vécu.

 

 

Poésie / 116 pages / 16 €

 

 

Poèmes rustiques de Marc Boos

 

 

“ Souviens-toi que tout en ayant une nature mortelle et en disposant d’un temps limité, tu t’es élevé grâce aux raisonnements sur la nature, jusqu’à l’illimité et l’éternité, et tu as observé ce qui est – ce qui sera et ce qui a été. ”

Épicure.

 

Je suis né à Mulhouse (68), le 8 juin 1936. J’ai fait des études classiques à Wissembourg, puis dans une faculté parisienne (latin – grec – allemand). J’ai fait mon service militaire en France et en Algérie (appelé – rappelé) de 1956 à 1958. Je me suis marié en 1963 et j’ai 4 enfants.

J’ai été enseignant (professeur d’allemand) en Moselle et dans le Bas-Rhin de 1961 à 1996. Depuis ma retraite à Mutzig, je suis un lecteur assidu, je bois à toutes les sources poétiques.

 

 

Poésie / 82 pages / 11,90 €

Fous rêveurs For ever de Gérard Ries

 

Ce recueil développe le vécu d’un homme entre ses souvenirs d’enfance, ses rapports familiaux (surtout avec le père aimé tôt disparu) et sa rencontre avec l’amour. Croquis de la cité, portraits divers et événements historiques y sont brassés pêle-mêle.

Il y a ici à la fois une hargne, une force et une sorte de tendre naïveté. Toutefois, le regard du poète témoin sait faire la satire de notre époque qui accepte de laisser des enfants mourir de faim au Sud, et tant d’autres souffrances.

 

Les poèmes à la femme sont au diapason du tempérament et des saisons : tendres ou vindicatifs, puis de nouveau au beau fixe.

Le culte de la rime et de la chanson poétique apparente le poète à l’art baudelairien ainsi qu’à celui de Verlaine, mais en plus truculent.

 

 

Poésie / 302 pages /  22,50 €

 

Les ombres de nos âmes par Henri Cames

 

Les ombres de nos âmes

 

« Tout le bonheur du monde

Flotte sur la rivière

Et son eau silencieuse se pose sur la terre.

Les méandres du ciel régulièrement se déplacent,

Épousant les rivages

Où des étoiles bleues retracent les visages.

Du monde, la lenteur

Et du ciel, la splendeur. »

 

 

Ce recueil de 80 poèmes est fortement ancré dans la terre. Un monde fait de souvenirs de chiens et d´ardoises gris-bleu, de rêves et d´enfance, de passages et d´éternité.

Henri Cames, né à Tarbes dans une très ancienne famille haut-pyrénéenne, a fait des études de lettres et civilisation allemande à Toulouse. Son parcours professionnel de 35 ans à l´étranger l´a amené successivement à Francfort, Vienne, Bruxelles et enfin à Berlin où il réside depuis 10 ans avec son épouse allemande Carla-Christine, artiste peintre.

 

Poésie / 148 pages / 14 €

Brûlures, le second recueil de Myrlène Sarrazin

 

Brûlures

 

« Ce que les yeux peuvent regarder et les oreilles écouter n’est rien à côté de ce que le coeur peut éprouver »

« Brûlures » met à nue l’âme d’une femme, mon double, qui écrit avec sincérité ce qu’elle ressent au plus profond d’elle-même.

A l’heure où le déchirement du voile des illusions laisse entrevoir comme une réminiscence, la clarté d’une vérité qui n’est plus celle de notre monde mais du lendemain m’éblouit.

Lorsque la nuit vient, je la reconnais, elle est ma pleine lumière. C’est le moment de laisser les mots briller, de libérer toutes ces brûlures enfouies dans mon coeur et mes pensées. Des braises incandescentes qui ne m’ont pourtant jamais brulé les ailes. »

 

 

Myrlène Sarrazin est née le 28 juillet 1968 à Bordeaux, son terroir, la presque île du Médoc.

Dès son plus jeune âge, solitaire et passionnée par la littérature, Baudelaire, Apollinaire, Rousseau, Martin Grey vont ponctuer son chemin. Elle est l’auteur d’un premier recueil « Entre le défini et l’Indéfinitif ».

 

 

Poésie / 156 pages / 14 €