De retour à Récit
couv4120
Poids223 g
Isbn

9782310034609

Nombre de pages

96

Versions

Papier

Alfred Lebreton

Chroniques de la vie Saharienne

14,90

Après avoir raconté son aventure indochinoise dans le livre « Par soif d’idéal et goût de l’aventure », l’auteur évoque cette fois, sous forme de courts récits, quelques épisodes de son séjour saharien, au sein de la « Compagnie Méhariste de la Tinghert », stationnée à cette époque à IN SALAH.

Tous ces récits, destinés à l’origine à une diffusion limitée dans des bulletins associatifs, n’ont pas été écrits à la même époque. Ce qui explique les dates variées mentionnées, ainsi que les divers endroits où ils ont été rédigés. Bien que signés sous des pseudonymes différents, ils sont tous du même auteur. Pour ces raisons, il est apparu préférable de les réunir dans un récit unique.

Certains épisodes peuvent surprendre les lecteurs et, plus spécialement ceux qui n’ont pas eu la possibilité de parcourir les lieux évoqués et d’y vivre, dans les années 1959-1960.

Tout ceci, pour justifier le sous-titre « Les surprises de la vie militaire ».

 

 

Appelé du contingent lorsqu’il rejoint l’Armée, Alfred Lebreton opte, à la fin de son service obligatoire, pour une carrière militaire. Celle-ci se poursuivra pendant trente-huit années, ce qui lui offre la possibilité d’une intégration dans l’Armée d’active, après avoir effectué un séjour de formation complémentaire en INDOCHINE. Stages et concours nombreux, entraînant souvent des périodes de séparation familiale, lui permettront, par la suite, de progresser dans la hiérarchie militaire jusqu’au grade d’officier général en 2e Section.


UGS : 4120 Catégorie :
Issu d'une famille de modestes agriculteurs, conduit à  se reconvertir en simple « ouvriers de l'Etat » dans les années 1929-1930, rien ne prédisposait le jeune Alfred LEBRETON à  opter pour une carrière militaire. Né le 6 juillet 1929 à  INDRET, il est appelé, avec son contingent, en 1952. Il est désigné pour l'Afrique du Nord où il sert dans des Unités de Tirailleurs. Se destinant à  l'origine à  une carrière « ecclésiastique », le service militaire lui donne l'occasion de réfléchir à  son avenir. II décide alors de s'engager dans l'Armée, pour servir en Indochine comme sous-lieutenant de réserve.